Article de professionnalisation 1

Bonjour à vous qui lisez cet article. Avant de commencer, nous allons vous présenter le concept. Chaque mois, un sujet différent sera traité sur différents aspects du monde du travail. Des anciens de l’école, que vous apprendrez à connaître ici, seront interviewés sur ces sujets. Ainsi, d’une pierre deux coups, vous pourrez vous faire un réseau et avoir quelques retours d’expériences pouvant guider votre voie.

S’INTEGRER DANS UNE EQUIPE

Emilie DITTE est notre première interviewée.

Sans plus attendre, voici le premier du nom, pionnier d’une longue lignée. Nous allons pour ce début aborder le commencement dans tout milieu et dans toute mission : l’intégration dans une équipe. Ce qui peut paraître facile pour certains, compliqué pour d’autres, n’en reste pas moins la base à acquérir pour tous futurs ingénieurs. Cette étape va définir la relation que vous aurez avec vos collègues ou vos supérieurs et est donc déterminante dans l’élaboration de votre méthode de travail. Elle influencera votre humeur, vos résultats et souvent, vos perspectives d’évolution.

Pourquoi s’intégrer ?

Que vous souhaitiez travailler dans le monde de la recherche ou de l’entreprise, vous aurez dans l’immense majorité des cas, une ou plusieurs personnes autour de vous. Se sentir bien et s’entendre avec ses collègues deviennent donc des principes importants pour le bien-être professionnel et votre épanouissement au sein de l’entreprise.

Bien s’entendre avec ses collègues change considérablement votre perception de l’entreprise, votre efficacité et celle de votre équipe. C’est ce qu’on appelle la synergie. Aussi, comme le dit Emilie, “Quand on travaille en équipe, s’il n’y a pas un minimum de cohésion cela n’ira pas loin. Chacun a ses qualités et ses compétences à apporter. Si quelqu’un ne se sent pas intégré il aura sûrement moins de motivation à apporter sa pierre à l’édifice. “

Il est donc primordial de comprendre quel est le rôle de chaque collègue, le mode de relation avec les supérieurs et quels sont les rituels dans l’équipe. 

Réussir mon intégration en quelques étapes

L’entretien (d’embauche)

La première étape de l’intégration, qui n’est pas à prendre à la légère, est l’entretien d’embauche. Lors de cet échange, il est possible d’avoir une idée de l’ambiance au sein de l’entreprise, de l’interaction entre les employés ou des méthodes de management. “S’intégrer petit à petit pour se sentir bien dans son équipe à long terme est important, mais les premiers contacts et donc les premiers jours comptent toujours. Vous connaissez sûrement, la règle des 30 premières secondes ! ”. Parce que les 30 premières secondes d’une rencontre laissent une impression qui va durer. Que ce soit celle que vous donnez à votre recruteur, ou celle que vous aurez de l’entreprise.

Si votre rendez-vous est sur les heures de déjeuner, vous pouvez voir de quelle manière les employés prennent des pauses, s’ils vont manger ensemble, s’ils discutent ou s’ils vont jouer sur la Switch de la salle de détente. 

N’hésitez à demander un tour des locaux, à voir les bureaux et les personnes qui y travaillent. De cette manière, vous pourrez voir l’environnement dans lequel vous seriez amené à travailler. Aussi, vous pouvez demander quels outils sont utilisés, si les conversations se font par mail, Skype, ou de vive voix. Il peut arriver que votre équipe se trouve dans des bureaux différents de vous, voir même qu’ils travaillent à distance, ce qui favorise les échanges par appel ou par message. Il faut alors vous poser la question si cette méthode de travail est compatible avec la vôtre ou si vous préférez une méthode de communication plus directe. 

Renseignez-vous sur la nature et la durée de la ou des missions. Pour certaines, vous aurez un rôle proche du freelance avec des missions courtes chez différents clients. Pour d’autres, elles peuvent durer 2 ou 3 ans. En fonction des cas, vous pourriez être amené à changer régulièrement d’équipe, ce qui change la manière de s’intégrer. Demandez-vous si ce qu’on vous propose est en accord avec votre méthode de travail et avec votre caractère.

Bien choisir une entreprise, c’est aussi choisir une équipe où on se sent bien et où on peut travailler d’une manière qui nous convient. Plus vous vous sentirez dans votre élément, plus facile sera votre intégration. 

De plus, cet entretien va vous permettre de bien définir le rôle que vous aurez dans votre future entreprise. On vous recrute pour une mission particulière, et il faudra répondre à ce devoir pour pouvoir faire partie intégrante de l’équipe. 

Être conscient de son rôle d’intégré (et du rôle de l’intégrant), savoir forcer ces rôles, mettre en place une dynamique de partage

En fonction de votre métier et de votre mission, votre rôle et vos tâches seront différents. Lors de l’entretien, vous aurez une idée générale de ces deux points, mais il faudra en saisir les subtilités pour trouver votre place au sein de votre entreprise. 

Dans une équipe saine, une ou plusieurs personnes vous guideront lors de vos premières semaines voire vos premiers mois. Il est alors important de rester ouvert aux propositions, comme aller rencontrer les personnes de l’équipe, faire des points de présentation des différents projets ou aller prendre une pause ensemble. Il faut de même être à l’écoute des retours sur votre travail ou votre communication. Durant cette période, il faut multiplier les interactions et engranger le maximum d’informations.  “En tant qu’intégré il faut savoir observer, comprendre, s’adapter dans l’environnement qu’on intègre (avec les personnes associées), en sachant faire sa place sans s’imposer et casser le fonctionnement existant.”

Ne soyez pas timide, tous vos collègues sont déjà passés par cette phase, ils comprennent ce que vous pouvez ressentir alors allez les saluer et n’hésitez pas à échanger. Posez leurs des questions sur leur travail. Vous pourriez ainsi identifier les personnes susceptibles de vous aider.

Il ne faut non plus oublier que si vous avez un rôle en tant que nouveau, les personnes qui vous intègrent en ont un aussi : “faire preuve de bienveillance et être avenant envers la nouvelle recrue, savoir mettre à l’aise, se montrer ouvert, pédagogue, comme un soutien.” 

Si vous sentez que vous n’êtes pas soutenu, accompagné, ou que vous n’avez pas de retour sur votre travail, demandez. Prenez un rendez-vous avec vos supérieurs, et faites leur part de vos appréhensions.

Communiquer sur votre travail, vos réussites et vos blocages

Demander de l’aide ou un service n’est pas un signe de faiblesse. Au contraire, pouvoir reconnaître vos limites et vos difficultés vous fera progresser et surtout améliorer votre capacité d’adaptation. Cette dernière vous sera très importante, surtout dans un métier en constante évolution sur le plan technique, où il n’est pas possible de tout maîtriser. 

Une des plus grosses sources de conflit dans un travail en équipe, est une personne qui ne reconnaît pas ses limites et met en danger un projet. En effet, si vous ne communiquez pas lorsque vous rencontrez un problème, le reste de l’équipe ne sera pas au courant de celui-ci, ne pourra pas s’adapter en conséquence. Le travail propre à chaque membre sera ainsi impacté.

Lors des réunions d’avancement, évoquez les difficultés que vous rencontrez et comment vous pensez les surmonter. Dans la grande majorité des cas, vos collègues seront heureux à l’idée de rendre service et vous proposerons des solutions. “La cohésion est très présente dans le travail. Étant la plus jeune développeuse de l’équipe, j’ai toujours eu l’aide et les conseils précieux de mes collègues plus expérimentés. Dans les moments de rush ou de tension avec le client, notre équipe fait toujours bloc ensemble.” 

Leur demander conseil permet, aussi, de valoriser leur travail. Souvent, ils seront contents de vous apprendre ce qu’ils savent et ce qu’ils font. Bien sûr, assurez-vous de ne pas empiéter sur leur travail et qu’ils ont des disponibilités lorsque vous les sollicitez. 

Bonus: l’Afterwork : s’informer sur les différents événements, les organisateurs

Ah l’Afterwork, ce moment qui se déroule généralement en fin de semaine et que beaucoup attendent avec impatience. Dans certaines entreprises, il est même vivement conseillé d’y participer à tel point qu’un sentiment d’obligation peut être perçu. Mais comme le dit Emilie, “Je pense que ce ne doit jamais être une obligation ! Et que si tu ne le sens pas d’y aller, il ne faut pas y aller.”

Cependant, sortir avec ses collègues de temps en temps a du bon. On renforce le sentiment d’appartenance à l’entreprise et on voit ses collègues dans un cadre extérieur à l’entreprise. Cela nous permet d’évoluer plus facilement vers des sujets autres que le « boulot », on discute avec de nouvelles têtes, nous permettant d’élargir notre cercle.

Même s’il vaut mieux commencer à parler boulot avec ses collègues, la discussion pourra vite basculer sur un autre domaine. Ainsi vous y découvrirez que votre manager a le même chat que vous, que quelqu’un a visité un pays qui vous attire et que votre n+1 est au final un grand rigolo. Ces informations qui pourraient paraître anodines, permettent en fait de consolider la cohésion d’équipe. “Les événements hors contexte professionnel font souvent du bien aux équipes et sont l’occasion de découvrir tes collègues sous d’autres aspects qui peuvent te surprendre à bien des égards ! Et te permettent de mieux les comprendre, comprendre leur fonctionnement, voir leur façon de travailler !”

Que faire en cas de problème ?

Malheureusement, tout ne se passe pas toujours pour le mieux. Mais à tout problème, une solution. 

S’il arrive que votre intégration ne se passe pas bien pour quelque raison que ce soit, la première personne à contacter est votre manager ou votre responsable. Vous aider fait partie de ses missions, alors parlez-lui de ce qui ne vous convient pas. Il vous aidera à trouver des solutions ou pourra être un intermédiaire en cas de conflit. 

Si par exemple vous n’arrivez pas à gérer votre charge de travail, il pourra demander à d’autres personnes de vous supporter. Il est celui qui connaît le mieux les compétences et les tâches de chaque membre de l’équipe.


Enfin, si le problème est lié à votre manager, il y a plusieurs possibilités. En discutant avec lui, il se peut que vous trouviez une solution ou qu’il vous accompagne pour changer d’équipe. Si ce n’est pas le cas, contactez son supérieur et expliquez lui le problème. Il pourra lui aussi agir ou vous faire basculer d’équipe.


Si votre problème n’est résolu par aucune de ces solutions, et que vous sentez qu’il n’y en a pas, il en reste toujours une : changer d’entreprise. Il vaut mieux changer d’environnement et de boite que de finir en burn-out parce que vous ne vous y sentez pas à l’aise. Comme dit précédemment, bien choisir une entreprise, c’est aussi choisir une équipe où on se sent bien et où on peut travailler d’une manière qui nous convient. 

Interview complète

Emilie DITTE

Diplômée de l’année 2019 en Informatique et Logiciels Embarqués (ILE).
Elle travaille actuellement en tant qu’ingénieure d’études à Accenture (une des plus grandes entreprises internationales de conseil et de technologies) depuis maintenant un an.

Est-ce que tu juges que s’intégrer dans une équipe est essentiel lors des 1ers jours de mission ?

Bien sûr ! Enfin, s’intégrer petit à petit pour se sentir bien dans son équipe à long terme mais les premiers contacts et donc les premiers jours comptent toujours. Tu sais la règle des 30 premières secondes

Comment tu évaluerais la cohésion de ton équipe au travail ?

Assez bonne. Les affinités diffèrent suivant les missions, mais la cohésion est très présente dans le travail. Étant la plus jeune développeuse de l’équipe, j’ai toujours eu l’aide et les conseils précieux de mes collègues plus expérimentés. Dans les moments de rush ou de tension avec le client, notre équipe fait toujours bloc ensemble.

Tu te considérais comme une personne timide ? Et comme appréhendes-tu les changements d’équipe ?

Non, je ne me considère pas comme quelqu’un de timide. Je ne vais pas m’ouvrir directement à n’importe qui mais en règle générale je suis plutôt avenante et vais vers les autres. J’appréhende toujours les changements d’équipe, les changements tout court en fait. Pas forcément par peur ou insécurité mais plutôt parce que souvent je me sens très bien dans mon milieu et peux être triste de le quitter sans savoir où je serais ensuite. Mais je suis aussi souvent très enthousiaste à l’idée de découvrir un autre environnement et de nouvelles personnes surtout !

Quand est-ce que tu t’es vraiment senti intégrée dans ton équipe ?

Comment ça ? Je ne suis pas sûre de comprendre la question mais lorsque l’on m’a dit que je devrais être l’organisatrice des événements d’équipe peut-être ? [rires] Je ne me suis jamais sentie rejetée en tout cas mais savoir exactement quand est-ce que j’ai été intégrée totalement, je ne sais pas.

Faut-il toujours accepter les Afterwork ou les repas en équipe ?

Alors la grande question de la séparation, l’équilibre vie professionnelle, vie personnelle [rires] ! Je pense que ce ne doit jamais être une obligation déjà ! Et que si tu ne le sens pas d’y aller, il ne faut pas y aller. Par contre si tu hésites uniquement par timidité ou peur de ne pas savoir te comporter/sympathiser avec tes collègues hors boulot, là je dirais de foncer ! Les événements hors contexte professionnel font souvent du bien aux équipes et sont l’occasion de découvrir tes collègues sous d’autres aspects qui peuvent te surprendre à bien des égards ! Et te permettent de mieux les comprendre, comprendre leur fonctionnement, voir leur façon de travailler !

Est-ce que tu t’es mis au café à la cigarette ?

Non, pas du tout ! [rires]

Vas-tu demander ou te renseigner facilement auprès de tes collègues ?

Les premières semaines je n’osais pas trop mais en fait au fur et à mesure justement de les côtoyer hors contexte pro (comme les pauses déjeuner par exemple) je me suis sentie plus à l’aise et maintenant je n’hésite plus à leur demander de l’aide ou me renseigner.

À quel point tu juges important la cohésion d’équipe pour la réalisation d’une mission ou pour aller plus loin avec un CDI ?

Importante. Quand on travaille en équipe, s’il n’y a pas un minimum de cohésion cela n’ira pas loin. Chacun à ses qualités et ses compétences à apporter, si quelqu’un ne se sent pas intégré il aura sûrement moins de motivation à apporter sa pierre à l’édifice.

Est-ce que tu t’es déjà retrouvée dans une situation où il n’y avait pas de communication dans une équipe où tu arrivais ? Est-ce que tu as réussi à t’intégrer dans un tel environnement ?

Je ne crois pas pour la première question. Et si cela arrivait je pense que j’essaierais de rétablir la communication à ma petite échelle.

Est-ce qu’il t’est arrivé de ne pas de sentir intégrée par les autres membres de l’équipe ? Comment tu as réagis ?

Je ne crois pas non plus [rires]. J’ai plutôt un caractère ouvert aux autres, j’ai plutôt le rôle inverse en général, d’essayer d’intégrer au mieux les personnes qui peuvent se sentir à l’écart.

Quel impact pourrait avoir une mauvaise intégration sur ton travail et sur celui de l’équipe ?

Comme je disais à une question précédente, une mauvaise intégration peut vraiment être source de démotivation pour la personne mal intégrée. Et cela peut résulter en du travail bâclé ou l’absence de travail carrément [rires]. Tout cela sans compter la mauvaise ambiance possible dans l’équipe.

Quelles sont les étapes essentielles quand tu entres dans une équipe pour toi ?

Les 30 premières secondes/premières impressions : l’accueil. (très très important)

  • La communication/le travail quotidien : l’intégration. (le long terme)
  • Le feedback/conseil : la reconnaissance. (très important si l’on veut garder la motivation et détermination de son équipe)